News

21.06.2019

Audition du rapport « Avenir de la maturité gymnasiale »

La Société Suisse des Professeurs de l’Enseignement Secondaire (SSPES) remercie la CDIP, le SEFRI et le groupe de pilotage pour ce rapport soigné et équilibré qui constitue une base solide pour les futurs travaux. Elle apprécie particulièrement le fait que les cercles intéressés aient été impliqués dans ce …

Audition du rapport « Avenir de la maturité gymnasiale »


La Société Suisse des Professeurs de l’Enseignement Secondaire (SSPES) remercie la CDIP, le SEFRI et le groupe de pilotage pour ce rapport soigné et équilibré qui constitue une base solide pour les futurs travaux. Elle apprécie particulièrement le fait que les cercles intéressés aient été impliqués dans ce processus dès le début.
La SSPES est globalement d’accord avec le contenu et la ligne directrice de ce rapport, et considère les domaines d’action définis comme justifiés. Les points présentés dans ce rapport concordent avec les revendications de la SSPES au sujet d’une possible révision du RRM (cf. sa prise de position, mars 2019) et du PEC (cf. sa prise de position, septembre 2018).
Les principales revendications de la SSPES, telles que présentées dans ses prises de position, sont les suivantes :

  • L’article 5 du RRM doit, pour l’essentiel, être maintenu et utilisé comme référence.
  • Le PEC doit être révisé de manière différenciée et en tenant compte d’une possible révision du RRM.
  • Le canon des disciplines, le choix des options, la pondération et la répartition des pourcentages alloués aux diverses disciplines ainsi que les critères de réussite doivent faire l’objet d’une réflexion coordonnée.
  • La liberté d’enseignement et la possibilité d’innover doivent impérativement être garanties.
  • L’autonomie des cantons et des établissements, qui a fait ses preuves, doit être préservée.
  • Tous les cercles intéressés doivent être impliqués dans le processus de révision.
  • Des ressources suffisantes (temps et moyens financiers) doivent être mises à disposition.

 

Réponse complète


21.06.2019

Suisse – Baromètre des transitions 2019

Si les garçons sont plus nombreux que les filles à opter pour un apprentissage professionnel, la tendance est inversée dans les écoles de maturité, comme le montre le Baromètre des transitions 2019. A la fin de la scolarité obligatoire, la plupart des adolescent-e-s commencent un apprentissage (garçons: 55%, filles: 41%). Les écoles …

Suisse – Baromètre des transitions 2019


Si les garçons sont plus nombreux que les filles à opter pour un apprentissage professionnel, la tendance est inversée dans les écoles de maturité, comme le montre le Baromètre des transitions 2019. A la fin de la scolarité obligatoire, la plupart des adolescent-e-s commencent un apprentissage (garçons: 55%, filles: 41%). Les écoles de maturité et autres filières de formation similaires occupent la deuxième place (garçons: 29%, filles: 45%), suivies par les solutions transitoires et les offres de passerelle. Les intérêts professionnels varient selon le sexe: si la profession d’employé-e de commerce rallie tous les suffrages, les filles souhaitent le plus souvent devenir assistantes en soins et santé communautaire ou assistantes socio-éducatives, alors que les garçons rêvent d’être informaticiens ou électriciens.
 

Baromètre des transitions 2019. gfs.bern.


21.06.2019

Digitalisation – nouvelles professions

La digitalisation crée de nouveaux emplois. A partir d’août 2021, il sera possible d’obtenir un certificat d’informaticien-ne du bâtiment. Dotée d’une structure modulaire, cette nouvelle formation durera quatre ans et permettra aux apprenant-e-s de se spécialiser en automatisation des bâtiments. Chavanne, Yannick : Création …

Digitalisation – nouvelles professions


La digitalisation crée de nouveaux emplois. A partir d’août 2021, il sera possible d’obtenir un certificat d’informaticien-ne du bâtiment. Dotée d’une structure modulaire, cette nouvelle formation durera quatre ans et permettra aux apprenant-e-s de se spécialiser en automatisation des bâtiments.

Chavanne, Yannick : Création d'un CFC d’informaticien du bâtiment. ICT journal. 25.4.2019


20.06.2019

Révision du règlement de reconnaissance de maturité (RRM): position et revendications de la SSPES

Le comité central et la conférence des président-e-s de la Société Suisse des Professeurs de l’Enseignement Secondaire (SSPES) se prononcent en faveur d’une révision du règlement sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale et d’une révision du plan d’études cadre pour le gymnase.

Révision du règlement de reconnaissance de maturité (RRM): position et revendications de la SSPES

Le comité central et la conférence des président-e-s de la Société Suisse des Professeurs de l’Enseignement Secondaire (SSPES) se prononcent en faveur d’une révision du règlement sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale et d’une révision du plan d’études cadre pour le gymnase.

Les deux bases juridiques réglant la formation gymnasiale, à savoir le règlement sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale (RRM) et le plan d’études cadre (PEC), datent des années 90. Quoiqu’elles aient fait l’objet de certaines adaptations et aient été complétées au cours des dernières années, et bien que le niveau de qualité de la maturité gymnasiale reste élevé, la SSPES estime qu’il est désormais opportun d’envisager une révision fondamentale de ces documents.

 

La position et les revendications de la SSPES

La réponse complète à l' audition du rapport «Avenir de la maturité gymnasiale»


20.06.2019

Suisse – verdict: insuffisant

La preuve par l’exemple. Les résultats du premier examen visant à évaluer les compétences de bases des élèves de gymnase, publiés en mai, sont sans appel: seul-e-s 62 élèves disposent des compétences de base nécessaires en mathématiques à la fin de leur scolarité gymnasiale. La ville de …

Suisse – verdict: insuffisant


La preuve par l’exemple. Les résultats du premier examen visant à évaluer les compétences de bases des élèves de gymnase, publiés en mai, sont sans appel: seul-e-s 62 élèves disposent des compétences de base nécessaires en mathématiques à la fin de leur scolarité gymnasiale. La ville de Bâle est particulièrement montrée du doigt, notamment dans un article de la NZZ intitulé «Des résultats catastrophiques pour les écoles bâloises». La rédaction des Brèves avait renoncé à relayer l’information, préférant attendre les conclusions de l’enquête de la CDIP. Celles-ci sont désormais connues, et le rapport des deux spécialistes luxembourgeois indépendants mandatés est éloquent. Le problème n’est pas du côté des élèves suisses qui, selon PISA, restent les champions européens en mathématiques, mais bien du côté des tests eux-mêmes. Beat W. Zemp, président de l’association faîtière des enseignant-e-s de Suisse LCH, l’explique en détail, soulignant notamment que de nombreux exercices étaient présentés sous forme de textes trop difficiles, que l’examen ne répondait pas à des critères scientifiques et que les objectifs étaient trop élevés. Les experts luxembourgeois ont eux-mêmes jugé que les compétences disciplinaires de base, adoptées sans validation empirique en 2011 pour être intégrées au Lehrplan 21, étaient «extrêmement ambitieuses» par rapport aux critères définis dans les autres pays. Par ailleurs, si l’on souhaite comparer les cantons, il s’avère nécessaire d’au moins mentionner l’environnement défavorisé dont sont issu-e-s de nombreux-ses élèves dans les centres urbains. Les critiques des médias à l’encontre des jeunes se retournent contre eux. Verdict: insuffisant.

Zemp, Beat W.: ÜGK – Premiere mit Fragezeichen. LCH. 18.6.2019


19.06.2019

Hautes écoles – l’ETH devance Cambridge

C’est fait: l’ETH Zurich se classe désormais au 6erang des meilleures universités mondiales. Dans le «ranking» de Quacquarelli Symonds, elle figure également devant l’University of Cambridge. Les trois premières places du classement sont occupées depuis des années par trois universités américaines: le …

Hautes écoles – l’ETH devance Cambridge


C’est fait: l’ETH Zurich se classe désormais au 6erang des meilleures universités mondiales. Dans le «ranking» de Quacquarelli Symonds, elle figure également devant l’University of Cambridge. Les trois premières places du classement sont occupées depuis des années par trois universités américaines: le Massachusetts Institute of Technology (MIT), l’Université de Stanford et celle de Harvard. Félicitations à l’ETH, même si ce type de palmarès reste contesté.
 
sda/maiu; kalo: University Ranking- ETH Zürich überholt Cambridge. SRF. 19.6.2019